Une méthode positive

Une méthode positive, c’est :

  • Une méthode dont l’objectif principal est que l’animal prenne du plaisir à faire ce que l’on attend de lui, et qui repose par conséquent sur deux principes :

    • Une communication claire et calme avec l’animal, dans laquelle la fermeté doit toujours rester bienveillante ;
    • Des exercices proposés sous une forme ludique à l’issue desquels l’animal doit systématiquement être félicité lorsque son comportement est adapté.

  • Une méthode qui s’appuie sur les deux techniques de conditionnement opérant qui utilisent des stimuli appétitifs (c’est-à-dire agréables)  :

    • Le renforcement positif, qui vise à augmenter la probabilité d’apparition d’un comportement (par exemple, s’assoir sur commande) en donnant à l’animal un stimulus appétitif (par exemple, des caresses) quand il le produit.
    • La punition négative, qui vise à diminuer la probabilité d’apparition d’un comportement (par exemple, mordiller les mains) en retirant à l’animal un stimulus appétitif (par exemple, les caresses) quand il le produit.

  • Une méthode dans laquelle toute violence verbale ou physique (cris, collier étrangleur ou électrique, coups sur la laisse du chien ou sur le chien…etc.) est donc strictement interdite.

Une méthode positive, ce n’est pas :

  • Une méthode dans laquelle l’animal peut faire ce qu’il veut, quand il le veut, sans interdits : la bienveillance n’est pas incompatible avec le fait de dire « non » !

  • Une méthode qui dépend de l’utilisation massive et systématique de récompenses alimentaires : si les friandises sont bien évidemment une motivation forte pour la plupart des chiens et facilitent donc l’apprentissage, une méthode positive utilise également d’autres formes de récompenses : les récompenses affectives (félicitations orales, caresses) et/ou le jeu sont d’ailleurs les seules récompenses qu’il est nécessaire de garder tout le long de la vie du chien.

  • Une méthode négative, c’est-à-dire une méthode qui s’appuie sur les deux techniques de conditionnement opérant qui utilisent des stimuli aversifs (c’est-à-dire désagréables) :
    • Le renforcement négatif, qui vise à augmenter la probabilité d’apparition d’un comportement (par exemple, s’assoir sur commande) en retirant à l’animal un stimulus aversif (par exemple, une forte pression sur l’arrière-train) quand il le produit.
    • La punition positive, qui vise à diminuer la probabilité d’apparition d’un comportement (par exemple, mordiller les mains) en donnant à l’animal un stimulus aversif (par exemple, une tape sur le museau) quand il le produit.